Passation des pouvoirs : tout est calme, harmonie et dignité!

Après demain, cela fera donc une semaine qu’Angela Merkel (CDU, conservateur) aura définitivement passé la main à son successeur. Olaf Scholz, 63 ans, membre du SPD (parti socialiste), en politique depuis sa jeunesse étudiante, ancien maire de Hambourg, ancien Ministrre des finances de la même « Angie », a en effet été élu mercredi 8 décembre dernier nouveau Chancelier d’Allemagne par le Bundestag. Une élection, qui n’a surpris personne, tant le résultat était sûr et attendu depuis les législatives de fin septembre. Mais qui en revanche a étonné de par sa sérénité. Sa dignité. Son « harmonie ».

Car oui, et la presse internationale l’a bien rapporté : l’Allemagne nous a donné la semaine dernière une grande leçon de démocratie parlementaire. Cela tient au système d’abord (une république fédérale ET parlementaire donc, avec un sytème électoral intégrant une part de proportionnelle versus un régime semi-présidentiel ne connaissant que les scrutins uninominaux à deux tour). Cela tient aux personnes aussi.

Ici, comme nous l’ont encore rappelé tous nos étudiants la semaine dernière, on voit au premier plan à gauche, le « nouveau » chancelier, habillé décontracté (ce qui n’est pas vrai, il porte toujours cravate), tenant son premier discours à un pupitre qui porte les couleurs du drapeau allemand. A droite, « Angela », habillée aux couleurs de l’Allemagne, qui s’en va discrètement et que la foule au loin acclame, n’ayant d’yeux que pour « Mutti » et lui lançant des « je t’aime » sur fond d’Eglise du souvenir à Berlin. Et bien sûr de la Porte de Brandenbourg, où on l’a retrouve, Victoire s’envolant dans les cieux avec son quadrige de chevaux moins ailés qu’elle… Un triomphe à l’envers ?

Sûr est qu’elle ne sourit pas. Angela, c’est bien connu, s’est rarement laissée aller à l’expression de quelques émotions que ce soit. Et la semaine passée n’a pas fait exception.

Déjà, quelques jours auparavant, lors d’une cérémonie quelque peu désuette – Le grand « Zapfenstreich » – rendu en son hommage par l’orchestre de l’Armée, on avait traqué en vain le frémissement d’une aile de nez, des yeux éventuellement embués, une larme coulant sur la joue. Rien, ou si peu, au grand désepoir des commentateurs. Pourtant, la Bundeswehr avait sorti le grand jeu, au point de faire peur à certain de mes « jeunes » (et moi avec) : soldats armés, casques d’acier, flambeau dans la nuit… Une onde de mauvais souvenir nous a descendu le dos.

Mais mercredi dernier, au Bundestag, encore rien que moins rien. Malgré les ovations à tout rompre, Angie a attendu sagement son tour à sa place de député ou d’ex. Comme si de rien n’était.

Ou si, un joli discours et des voeux de succès sincères à Olaf Scholz à qui elle dit quant à sa nouvelle fonction « C’est une tâche passionnante et gratifiante, exigeante également, mais si on l’aborde avec joie, c’est peut-être aussi l’une des plus belles tâches possibles ».

Et pof!

On croirait entendre un pasteur, parlant d’un sacerdoce au sens le plus noble du terme… et quand on sait qu’elle est effectivement fille de pasteur, peut-être comprend-on mieux toute l’impassibilité dont elle fait preuve 16 années durant. Se sentait-elle appelée par une mission supérieure ?

Olaf, le protestant sobre mais décidé du Nord, ne fut pas de reste, qui a géré la transition, tout comme il avait géré son élection. Sans vagues. Calmement, dignement et fermement.

Pourtant, la tempête aurait pu être violente, puisque pour la première fois dans l’histoire de l’Allemagne, le pays sera gouverné par une coalition Socialiste/verte/libérale, parfaitement inédite à ce jour. Et si l’on ne pouvait pas faire plus disparâtre dans les idéologies et philosophies politiques, cette coalition et le « Contrat » qui va avec de 168 pages, a été négocié en 2 mois contre 6 la dernière fois. Sans cris et sans heurs ce qui fait preuve d’un sens certain des responsabilités et doit être ici loué.

Et demain ?

Tout est bien qui finit bien en quelque sorte. L’Allemagne a un gouvernement en ordre de marche. On avait craint le pire. Au niveau européen aussi. Alors que la France s’apprête à prendre la direction tournante du conseil, qu’aurait-elle pu espérer faire, avec un gros vacum outre-Rhin?

Rien.

Tout le monde respire donc, et depuis, les grandes figures du gouvernement Scholz ont déjà fait leur petit tour de l’Europe. Avec bien sûr, en premier lieu : Paris!

Jeudi dernier, Annalena Baerbock, tête de liste des verts en septembre dernier et maintenant Ministre des Affaires étrangères, s’est rendu pour la première fois au Quai d’Orsay. On n’ose s’imaginer cette première rencontre, et en notre for intérieur, on en riait un peu beaucoup : que pouvait-elle penser, elle, alors que la France vient de décider de relancer le nucléaire, voire pire, le faire reconnaître comme énergie « verte » et « durable » par l’UE !

ça va chauffer !

Vendredi, c’était au tour d’Olaf donc. Aujourd’hui de Christian Lindner. Le Ministres des finances libéral… qui, tout en faisant illico en interne, des tours de passe-passe budgétaires quasi inconstitutionnels, allouant à un fonds « Energie – Climat », 60 Milliards d’endettement initialement prévus pour la pandémie, y défendra certainement une certaine idée de la rigueur budgétaire…

ça va être intéressant.

Côté Angie, on ne sait pas trop quelles sont ses intentions. Ikéa a bien tablé que dès lors, Mutti resterait à la maison. Mais quand on sait qu’elle a déjà un bureau réservé avec quelques huits employés, elle ne risque pas de chômer demain. Pour autant, on peut compter sur son sens des responsabilités, pour ne pas faire ombrage à ses successeurs. A moins qu’il ne lui reprenne l’envie du jeu de la Dame…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s