Histoire de « Genres » quand tu nous tiens.

L’autre jour, devant les commerces aménagés et organisés d’une zone résidentielle, sur le parking, « l’aire de stationnement autorisé » mais limité à quelques heures, le temps de faire ses courses.

Nous sommes un samedi. Il n’est pas tard. Onze heures du matin. L’heure idéale cependant pour tout policier qui, en manque d’amendes, cherche à remplir son quota.

En face, un gros break noir rutilant. Façon « char d’assaut » urbain contemporain. Vitres noir fumées. Chromes éclatants. A moins que cela ne soit un quatre-quatre. Dans cette zone résidentielle, naturellement, cela ne sert strictement à rien. A ce que l’on sache, toutes les rues sont goudronnées. Il n’y a strictement aucun chemin pierreux en vue. Ni de nature incontrôlée, de sommets inatteignables à atteindre. Mais des « 4×4 », si, il y en a à foison.

Une femme d’un âge raisonnable (disons la cinquantaine), bien mise sur elle mais pas trop (vintage, bobo cool quoi), prend en photo SA voiture. Le break noir rutilant en somme. Et le PV qui trône sur son pare brise.

Elle est choquée.

Elle sort de chez le dentiste ou de la droguerie, ou du magasin bio. Peu importe. Elle n’a DANS LES FAITS pas dépassé sa limite de temps autorisé.

Elle est énervée car cela va lui en coûter 60 euros.

Elle ne comprend pas.

Donc elle prend tout en photo.

Le parking.

Sa voiture.

Le PV.

Dans les environs, tout à coup apparait le policier.

run-54924035-jpg
Il est en vadrouille, mais en costume civil. Avec sa veste sans manche Décathlon et son enregistreur électronique en bandoulière, il vaque. Seule la voiture garée un peu plus loin, signale qu’il est de la police.
Elle l’apostrophe. Lui demande des explications.
Elle essaie de rester sobre et factuelle.
Lui, lui parle de disque bleu. Ou quelque chose du genre.
La titille un peu. Fait comme s’il ne comprenait pas les infos factuelles qu’elle lui délivre. Comme si de rien n’était.
Évidemment, elle s’énerve.
Fatale erreur.
Il en profite.
Embraie directement sur « son ton », sur « on ne peut pas vous parler » sur, genre, « outrage à un agent sur la voie publique » (elle n’a strictement rien dit. Voudrait juste savoir ce qui justifie le PV).
Il s’en va sur la place en disant tout haut à qui veut bien l’entendre : « ah, ces femmes hystériques, qui ne savent pas mener une conversation ».
Ah non mais.
Femme ou pas France ou Allemagne, il faut toujours faire attention avec les « forces de l’ordre ». Elles sont entraînés à provoquer pour après vous mettre en tort. C’est INTERNATIONAL quoi !!!!.
Pourtant, en Allemagne, généralement, les policiers sont « vos amis ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s