Cela s’est passé en 2013/14 en Allemagne…

Puisque nous reprenons ce blog après une année de silence, commençons donc, pour nous remettre dans le bain, par tenter de nous souvenir des évènements marquants des 12 mois écoulés outre-Rhin …

Naturellement et tout de suite on pense surtout à La coupe du monde de foot ! Et oui, comme tout le monde le sait, l’Allemagne, nation du ballon rond s’il en est, l’a emportée avec brio à Rio au Brésil en juillet dernier! Haut la main, pour ne pas dire de manière presque « indigne » lors de la demi-finale avec le Brésil (7/1). A l’usure mais avec doigté contre l’Argentine (1/0) lors de la finale le 13 juillet.

Ici quelques images, prises en direct de notre salon, où vous reconnaîtrez sans peine ( !) les héros des héros, à savoir Miroslav Klose, l’ancien, Lukas Podolski , le p’tit gas surdoué de Cologne (mais qui ne jouait plus depuis plusieurs matchs), Bastian Schweinsteiger (encore un surdoué, de Bavière cette fois, et depuis nommé capitaine de l’équipe)… et… le chouchou des chouchous, celui qui marqua le but décisif à la 113ème minute du jeu (ouf): Mario Götze, 22 ans, de taille « moyenne » pour ne pas dire « petite », mais adroit, malin, pas grande gueule voire timide. Bref, ayant tout pour plaire.Windows Phone_20140714_016

Ah, Mario

Ah, Mario

Windows Phone_20140714_006

Nous ne résistons pas à également à présenter cette autre photo, où, comme il est maintenant coutume de le mentionner avec insistance, nous voyons Angela Merkel, Chancelière allemande, félicitant les joueurs de sa tribune ET MANIFESTANT DE LA JOIE. Bref se lâchant un peu pour ce qui est de l’expression de ses sentiments. Sinon jamais.

Windows Phone_20140714_003

A propos Angela Merkel… Sa réélection en septembre 2013 et pour la troisième fois consécutive en tant que Chancelière de la République fédérale d’Allemagne, a été l’autre grand événement de l’année passée. Ou disons plutôt le NON EVENEMENT.

Dotée d’une popularité record et qui ne se dément pas depuis des mois, (72% des allemands se déclaraient satisfaits de son travail en avril dernier) voire des années, le succès de cette physicienne et fille de pasteur est-allemande aux dernières élections législatives en Allemagne n’a alors en effet surpris personne.

D’ailleurs il n’y eut pas de campagne électorale à proprement parler de son côté ni du côté de son parti (CDU), tout reposant de facto sur sa seule personne, des portraits d’elle à la verticale ou l’horizontale pour mettre en valeur sa célèbre « Raute », soit position des mains en losange, signifiant ainsi sa circonspection, son calme et sa résolution en toutes circonstances, telle une vraie « Mutti » protectrice.

Source : n-tv

Sur ces élections, ennuyantes au possible car sans réel débat ce qui n’était pas faute d’enjeux, tout a été dit ou presque. Passons.

En revanche, ci-joint quelques réflexions glanées dans la presse ces derniers temps et qui éclairent de manière intéressante comment Me Merkel conquiert et surtout garde le pouvoir.

Dans un essai publié par le Spiegel fin août 14 (35/2014) Dirk Kurbjuweit, journaliste et écrivain, a très bien résumé en 7 points ce qui fait sa force :

  • le situationnisme (soit l’art d’utiliser des situations de « crise » pour prendre des décisions immédiates. Ex : Fukushima et la sortie du nucléaire),
  • la docilité (se rallier à la majorité quand tout plaide en ce sens),
  • le silence (c’est sûr, « se taire » compte parmi les meilleures armes de destruction massive),
  • le faire semblant d’agir (mettre en place de comités bidules pour enterrer les sujets… on sait faire aussi),
  • l’ennui (ne jamais attaquer, prêter le flanc à l’emportement, rester « neutre »),
  • l’indolence (selon l’adage : « celui qui ne risque rien, ne fait rien de faux non plus », soit entre autre procrastiner jusqu’à en devenir immobile)
  • et enfin l’absence d’engagement pour n’être lié à rien.

Bon, à cette occasion et dans la rubrique « indolence », nous avons appris une nouvelle expression : la démobilisation asymétrique.

Personnellement, on connaissait déjà l’expression « neutralisation asymétrique » qui consiste à spolier un parti adverse d’une partie de son programme pour mieux se débarrasser du tout (ex : la sortie du nucléaire adopté en 2011 = exit les Verts outre-Rhin), mais « démobilisation asymétrique »!!!!!! Pour ceux qui sont comme moi, explication de la variante : Cette tactique consiste, pendant une campagne électorale cette fois, non pas à mobiliser son camp, ses électeurs, en clivant au maximum le débat (suivez mon regard…), mais au contraire à rester atone pour ne pas brusquer le camp adverse et faire en sorte que les électeurs du dit camp adverse RESTENT A LA MAISON LE JOUR DES ELECTIONS OU AILLENT PECHER A LA LIGNE… Bien joué. Réussi.

Pour l’instant tout va bien, outre-Rhin, tout le monde est toujours content, légèrement endormi. En juillet dernier, Angela Merkel a fêté ses soixante ans et, si elle n’a pas encore dépassé le record de longévité au pouvoir d’Helmut Kohl, elle a déjà doublé au poteau son prédécesseur G. Schröder, voire Willy Brandt.

Mais si un jour l’économie flanchait ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s